Sécurité du bâtiment, à quel prix?

De concert avec les municipalités, la Régie du bâtiment du Québec poursuit le relèvement des normes de sécurité du bâtiment et de sécurité incendie. Ces dernières années, de nouvelles normes se sont ajoutées quant à l’inspection et à la mise à niveau d’équipements touchant les systèmes d’alarme incendie, les séparations coupe-feu, l’éclairage d’urgence, les façades de bâtiments, les stationnements à étages, les tours de refroidissement, les  ascenseurs, etc. Le problème le plus grave est que ces normes entraînent des coûts d’exploitation supplémentaires pour les propriétaires, coûts qui ne sont pas ensuite reconnus dans les critères de fixation de loyer, donc non transférables. La CORPIQ, qui participe à plusieurs comités, répète son message au ministre du Travail et à sa Régie du bâtiment d’une part, au ministre des Affaires municipales et à sa Régie du logement d’autre part : « Si la sécurité du public est votre véritable priorité, parlez-vous et faites preuve de plus de cohérence dans vos mesures. » Aussi, les délais pour se conformer sont souvent irréalistes et, par le fait même, entraînent une augmentation des coûts compte tenu du rapport de force qui s’installe chez les fournisseurs envers les propriétaires.