Les baby-boomers montréalais pas prêts pour la vie en logement

Nouvelles

Même s’ils prennent de l’âge, les baby-boomers montréalais continuent en majorité d’habiter leur propriété, selon un récent rapport de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Contrairement à une hypothèse souvent véhiculée, il n’y a donc pas de retour marqué vers le marché locatif chez les 50 à 69 ans à Montréal.


Entre 2006 et 2016, les données de la SCHL indiquent que la proportion de locataires n’a augmenté que de 0,3 % chez les baby-boomer de 65 à 69 ans (nés entre 1947 et 1951), se situant à 36,8 %. Du côté de la cohorte des 60 à 64 ans (nés entre 1952 et 1956), la proportion de locataires a diminué de 1,1 % et se chiffre désormais à 36 %. Chez les 55 à 59 ans (nés entre 1957 et 1961), la diminution est de 2,2 % pour atteindre 34,9 %, tandis qu’elle est de 4,8 % chez les 50 à 54 ans (nés entre 1962 et 1966), qui sont désormais 35 % à être locataires.

« À ce jour, les baby-boomers montréalais n’ont pas effectué de retour marqué au marché locatif. D’ailleurs, bien que certains baby-boomers décident, en vieillissant, d’acheter une copropriété afin de réduire la taille de leur habitation, les données indiquent que l’ampleur du phénomène demeure limitée pour l’instant », indique dans le rapport Francis Cortellino, chef analyste à la SCHL.

Les baby-boomers montréalais de 65 à 69 ans sont en effet un peu plus nombreux à vivre en copropriété, la proportion passant de 14 % à 20 % (+6 %) entre 2006 et 2016. Pour les baby-boomers plus jeunes, nés entre 1952 et 1966, la hausse est d’environ 5 %.

La SCHL souligne que les baby-boomers toujours propriétaires possèdent pour la plupart une maison, bien que ceux qui vivent dans une copropriété aient légèrement en augmenté entre 2006 et 2016.

Selon Statistique Canada, la génération des baby-boomers est formée des hommes et des femmes nés entre les années 1946 et 1965.

Pour accéder à l'étude complète, cliquez sur la flèche ci-dessous.

  • Document : Les baby-boomers montréalais pas prêts pour la vie en logement

Retour à la liste des actualités